21.07.10

Garder le silence…Métro Ligne 6

chutEn réaction au message de Dream sur l’affluence post feux d’artifice dans le métro station troca…

De même que les poilus des tranchées se sont accoutumés de leurs conditions vétustes, les parisiens du métro subissent en silence la compression des corps aux heures de pointe.

Il y a ceux qui se tassent, ceux qui poussent, ceux qui puent et, plus rarement, ceux qui râlent. Lieu de non droit où la sauvagerie primaire de m’humain s’épanouit telle une bouse lachée par une vache volant au plus haut de la stratosphère, le métro est un révélateur. Les lâches -qui y sont nombreux- se taisent ou marmonnent vaguement mais ne cherchent pas à entamer un dialogue, ils évitent les regards.

Les emmerdeurs parlent fort, écoutent de la musique -rarement symphonique- sur leurs mini haut-parleurs à friture, poussent, marchent sur les pieds, ne s’excusent jamais, parfois fument (tabac ou fines herbes), boivent et même vomissent. Une circonstance atténuante cela dit.

Il y a aussi des psychopathes dans le métro. Des schizophrènes chassés des asiles que l’état français ferme consciencieusement depuis 15 ans. Par prudence, il vaut mieux se taire et fuir. Mais parfois, comble de malchance, un iconoclaste souriant à une jolie jeune femme peut passer aux yeux de la belle avertie pour un dingue. Le métro parisien est un cortège funéraire où chacun adopte sa propre tête d’enterrement. Fous rires assurés.

par lioncool

16 Petits Mots sur “Garder le silence…”

  1. L. R....

    @lioncool
    excellente photo du quotidien des traansports…

  2. Olé

    Ca me rappelle un jour ou j’avais pris la ligne 6 quand j’etais encore lyceen.

    Entre Dupleix et Passy, il y avait deux sdf qui se lancaient des vannes terribles pour savoir qui allait avoir la bouteille de vin qui etait comme un trophée a terre dans la rame.
    Les vannes etaient dignes des plus grand comiques.
    C’etait un spectacle incroyable, encore aujourd’hui je me demande si c’etaient de vrais sdf tant les vannes etaient teintés d’intelligence et d’humour comme on en rencontre tres rarement.

    J’etais assis et j’essayais difficilement de ne pas rire (non pas pour me moquer d’eux, mais parce qu’ils etaient hilarant avec leurs vannes), mais en face de moi, un mec plus agé dans le meme etat m’a fait craquer.
    On a passé 5 bonnes minutes a essayer de se contenir, mais a chaque fois que l’un pouffait ou que les regards se croisaient, on eclatait de rire.
    Rien que d’y penser, j’en ai les larmes aux yeux.
    Un fou rire avec un inconnu dans le metro, c’est grandiose.

    Il y a aussi des spectacles un peu plus osés.
    Tard le soir, des couples se rendent dans les boites echangistes et surement un peu exhibitionnistes, n’hesitent pas a commencer leur soiree dans le metro.

  3. zoreil41

    Cela me rappelle ma première fois sur le metro (tout seul comme un grand). En bon provincial je suis monté dans la rame, habillé short et chemise colorée (et ou c’etait les grandes vacances) je suis rentré dans la rame. J’ai échange un regard furtif avec une dame qui c’est empressé de serrer son sac et de le protéger. Dommage mon sourire n’est pas si effrayant … Ce trajet fur reelement une expérience sociale car j’avais decidé de regarder les parisiens dans leurs habitude. Tous baissent les yeux, et subissent, le meilleur moment quand j’ai laissé ma place a une personne agée et je me suis mis debout. Elle n’a pas pris la place laissé ma regardé et vite a baissé les yeux. J’ai pu sentir les regards de ceux dans la rames « un fou il laisse sa place » ! Enfin maintenant je me suis habitué je me suis franciliennisé …

  4. coli5

    @lioncool
    Description très réaliste à peine caricaturée.

    - »Le métro parisien est un cortège funéraire où chacun adopte sa propre tête d’enterrement. »

    Excellent!

  5. TrainTrain95

    Excellente peinture de nos transports parisien.
    Effectivement, dans une société civilisée, quand une personne se comporte mal, l’idéal est d’en parler avec elle.
    Mais dans notre société qui ne l’est plus, les gens « montent dans les tours » tout de suite et le dialogue est impossible.
    Et encore, on a de la chance si on ne se prend pas un coup.
    Aucune éducation, impunité, laxisme… la France récolte ce qu’elle a semé grâce à tout ces pédagogues et une classe politique de bas niveaux.
    De plus, le rapport à la loi est inexistant chez certaines personnes, l’uniforme ne fait plus peur (voir ce qui se passe à Grenoble et à St-Aignan en ce moment).
    Dans de nombreuses démocraties, cela c’est terminé par une dictature.

  6. Joe Doe

    L’autre fois j’ai repris le métro à marseille, ça faisait longtemps… j’étais étonné : les gens se parlaient, communiquaient, ça rigolait, et vers 17h on pouvait respirer et il y avait de la place dans les rames. bon c’est vrai que les gens ont plus tendance à prendre la voiture que les transports qui ne couvrent pas toute la ville, mais bon, belle différence d’ambiance.

    ça n’empèche pas les pickpockets et autres racailles de sévir, comme ailleurs, mais j’ai déjà été témoins à la station Estrangin d’un groupe de citoyens, jeunes et vieux, courant après un pickpocket qui sous le coup de la panique a laissé tomber le sac qu’il venait de voler… c’est pas ici que ça arriverait….

  7. Jememarre

    @ lioncool: Très bon et très bien observé. Bravo pour le coup de plume !
    @ TrainTrain95: Bien vu et bien dit. En résumant large, c’est exactement celà. Et quand celà ne se termine pas en dictature, c’est en guerre civile !

  8. FF78

    Ces remarques sont très justes, mais elles sont valables pour la plupart des grandes villes françaises. J’ai constaté que c’est exactement la même chose dans les transports en commun à Grenoble ou à Lyon. C’est assez remarquable qu’un seul type émeché ou un fou qui hurle dans un train puisse terroriser les 30 autres passagers qui n’oseront pas lui faire la moindre reflexion. Dans le métro de Moscou c’est le contraire. Les marginaux s’écrasent et n’ont pas intérêt à se faire remarquer sous peine de se faire insulter ou même frapper par des voyageurs (mamies y compris) ou des policiers.

  9. marc

    Bravo.

  10. Nzo

    « L’autre fois j’ai repris le métro à marseille, … les gens se parlaient, communiquaient, ça rigolait »

    >> Vous voulez dire que c’est des gens qui ne se connaissent pas qui se parlaient ?
    Nous aussi, à Paris, les gens qui se connaissent discutent dans le train.
    Par contre, discuter avec des inconnus je n’en vois pas trop l’intérêt : j’ai mes collègues, amis et famille et ça me suffit..Je n’éprouve pas le besoin de discuter avec l’inconnu du Métro, même si je n’ai rien contre une éventuelle papotade (ça m’arrive de discuter avec les gens qui veulent discuter..)

    Et qu’est-ce qu’ils peuvent bien se dire les marseillais à part « Allez l’Omèèeuhh..Et Valbuena c’est le meilleur joueur de l’équipe de France..Et nous, on monte à Paris pour ‘taper’ le psg.. » ?!

  11. Nzo

    @Olé
    « Entre Dupleix et Passy, il y avait deux sdf qui se lancaient des vannes terribles pour savoir qui allait avoir la bouteille de vin…
    Les vannes etaient dignes des plus grand comiques. »

    >> Mdrr ! Tout pareil, avec mon frère on fait exprès d’aller voir les sdfs d’Opéra qui se battent pour leur bouteille de Rouge, et à chaque fois on est mort de rire ! Excellent !

  12. Joe Doe

    @Nzo : ah mais oui, je vois que vous conaissez bien le sud, on ne parle effectivement que de l’OM ,de valbuena, et de taper le psg…c’est comme ça en « province » comme vous dites si bien ici, avec un petit air à la Louis XIV…

    Et surtout, restez y bien en IDF, belle région, ville lumière, etc, etc… ça permettra aussi aux prix de l’immobilier de ne pas trop exploser en PACA et de ne pas me ruiner quand je pourrais ENFIN rentrer chez moi et oublier les RER, le métro et les tronches de veaux, comme si ça n’avait été qu’un mauvais et long cauchemar… amen.

  13. Nicolas

    @FF78
    « C’est assez remarquable qu’un seul type émeché ou un fou qui hurle dans un train puisse terroriser les 30 autres passagers qui n’oseront pas lui faire la moindre reflexion »

    Je l’avais déjà évoqué dans les commentaires d’une autre note, j’ai été menacé dans le RER une fois par un ivrogne armé d’un couteau.
    La peur de ma vie.
    Qu’elle a été la réaction des gens ?
    Ne rien faire puis quitter la rame.

    Donc je comprends parfaitement le pourquoi du « 30 passagers terrorisés par un seul marginal » : quand tu sais que personne n’agira, que si tu te décides à agir tu le fera seul et que personne ne t’épaulera, et bien tu ne va pas jouer les héros suicidaires.
    Alors tu t’écrases.

    Ca fait un an que ce type m’a menacé de son couteau, j’ai toujours un peu la pétoche et maintenant je reste bien sagement dans mon coin.

    Ah oui, la raison pour laquelle il m’avqit menacé : j’étais assis à côté de lui, puis j’ai simplement changé de place pour venir m’asseoir à côté de mes amis : ce ne lui a pas plus, il l’a pris comme un affront.

  14. Nicolas

    Selon Rue89, en 2008, sur 15,7 milliards d’euros investis dans les infrastructures de transports :
    - 10,7 milliards d’euros sont allés au réseau routier,
    - 2,6 milliards au réseau ferroviaire,
    - 2,4 milliards aux transports en commun urbains.
    Dans ces conditions, je pense que l’état vetuste des transports en commun n’est pas étonnant. C’est juste une simple question de volonté politique : soit on continue avec la pompe à fric du tout-routier, soit on privilégie des transports en commun fiables et performants.
    On ne peut pas sauver éternellement la chèvre et le chou !

  15. Nzo

    @Joe Doe
    Le problème de Paris et de l’île de France, c’est bien ça : C’est que c’est blindé de gens qui n’ont aucun amour pour la région, et qui n’ont de tête que pour leur région natale.
    Alors ils sont tous là temporairement, et ne font rien pour aider la région..D’où les têtes de veaux que vous avez si bien noté. Cela fait que Paris est une région qui n’a pas d’âme.

    Alors moi, j’essaie de prendre cette attitude de contre pied, et de donner de l’amour à ma région île de France.
    Mais j’ai bien compris qu’autour de moi, il n’y avait que des gens qui ont la tête à leur retour au Sud, à leur Bretagne natale, ou à la maison familiale en Normandie…

    Très triste pour Paris..

  16. Joe Doe

    @Nzo : effectivement expliqué comme cela, je comprends mieux votre point de vue et c’est tout à fait honorable. Entre les « provinciaux » (que je hais ce mot!) et les « étrangers » c’est vrai qu’il faut le trouver le vrai francilien dans tout ça…et cette situation de « transit » est très certainement aussi une des raisons du mal-être qu’on trouve ici.

Laisser un commentaire


Du bon usage des commentaires :
- L'anonymat n'est pas incompatible avec la courtoisie et le respect de chacun.
- Les messages injurieux, agressifs, les critiques gratuites et non argumentées et les attaques personnelles seront supprimés et leurs auteurs bloqués.
- Pour signaler une faute de frappe ou de syntaxe, contactez-nous via la page de contact.