En cas de pollution, les transports ne seront plus gratuits, mais…

25-01-2017 Pas de commentaire
mesaventure rer a

Pollution ne rimera plus avec gratuité des transports… À compter du 23 janvier 2017, le STIF (Syndicat des Transports d’Ile-de-France) a décidé de ne plus offrir les transports aux usagers, en cas de pic de pollution. En contrepartie, le syndicat propose de manière occasionnelle un forfait antipollution censé permettre aux usagers occasionnels de profiter de tous les moyens de transport habituels à moindre coût !

Un forfait antipollution valable en illimité à partir de 3,8€

En raison d’un pic de pollution aux particules fines qui s’est produit le 23 janvier 2017, dont le seuil d’alerte fixé à 80 microgrammes par mètre cube a été dépassé, les véhicules polluants identifiés Crit’air de classe 5 et les non classés n’ont pas été autorisé à rouler. Cependant, contrairement aux précédentes fois, les transports en commun n’étaient pas gratuits en en Ile-de-France. Par le passé, cette mesure permettait d’inciter les franciliens à laisser leur véhicule dans leur garage. Malheureusement, en raison de la répétition de ces pics de pollution, le manque à gagner s’est grandement fait ressentir au cours de cette fin d’année 2016, notamment sur les finances de la région Ile-de-France. A titre d’information, une journée gratuite représente un manque à gagner de 4 millions d’euros selon les chiffres communiqués par le STIF, dont la présidente n’est autre qua Valérie Pécresse. Ce dernier a donc décidé de mettre en un ticket de transport spécifique notamment lorsque la circulation alternée est mise en place en période de pollution.

Proposé à 3,8€, l’équivalent de 2 tickets de métro, ce titre permet aux usagers franciliens ne disposant pas d’un abonnement de type Navigo de pouvoir circuler dans toutes les zones de la région au cours d’une même journée. Un tarif globalement moins élevé que le forfait journée fixé à 7,3€ (zones 1 et 2), et 17,3€ (toutes les zones). Comparé aux coûts habituels que peuvent représenter des trajets à longue distance, c’est une solution plutôt économique que propose le STIF. Il ne faut pas non plus oublier que ces 3,80€ restent une contribution minime par rapport aux coûts réels de transports en Ile-de-France pour les contribuables.

La fin de la gratuité: une anticipation à la recrudescence des phases de pollution

Le STIF nous confirme avoir pris cette mesure en raison du durcissement des réglementations portant sur les pics de pollution. En effet, depuis le 1er janvier, il estime que les dépassements de seuils pourraient être 3 fois plus nombreux. A titre d’exemple, par le passé, 4 jours consécutifs étaient nécessaires pour que des mesures de circulation exceptionnelles soient déclenchées, aujourd’hui seules 2 suffisent. Sur les réseaux sociaux, tels que Twitter, le STIF n’hésite pas à communiquer sur cette nouvelle disposition en indiquant aux internautes que 80 millions d’euros annuels économisés via la suppression de la gratuité des transports, c’est 160 bus électriques qui peuvent être achetées. Pour effectuer son calcul des 80 millions, le STIF se base sur 20 jours de pic de pollution dans l’année.

Ces tickets anti-pollution pourront bien entendu être achetés la veille pour le lendemain, afin de permettre aux usagers de ne pas se retrouver sans le vouloir, ou par négligence, en situation irrégulière les jours de pollution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À lire aussi :

Piétonnisation des berges de Seine : Hidalgo va plus loin !

Un nouveau plan de transformation des quais incluant de nouvelles restrictions de la circulation de véhicules va être mis en place. Anne Hidalgo, la Maire de Paris, a décidé…