RATP/SNCF: Une fraude dans les transports en commun en baisse

28-02-2017 4 commentaires

C’est un constat: selon la SNCF et la RATP, la fraude dans les métros, dans les trams et dans les bus est en baisse en 2016. Les mesures mises en place au cours de l’année précédente ont porté leurs fruits, à savoir la multiplication des contrôles et des campagnes de communication. Des initiatives qui ont permis d’inciter les voyageurs à éviter tout acte de fraude.

Bien que les publicités contre la fraude aient pu être dissuasives, une autre mesure l’est encore plus: la multiplication des contrôles mis en place. En 2016, le taux de fraude sur tous les réseaux RATP est en baisse. À titre d’exemple, celui du métro baisse de 15%, celui du RER de 27% et enfin pour le tram et le bus, la fraude recule de 13%. En regardant les chiffres de plus près, on remarque que ce sont surtout dans les tramways que les voyageurs ont tendance à le plus frauder. Afin d’endiguer le phénomène, la RATP mobilise de plus en plus ses agents afin de mener des opérations, essentiellement de communication comme: »Ensemble contre la fraude ». Sur le réseau Transilien, on observe également une baisse de la fraude puisque le taux de validation relevé a augmenté de 9% en 2016.

Un travail important reste à accomplir, mais l’efficacité est là: lors d’une opération à gare du Nord qui aura duré 2 heures, près de 2000 personnes ont été verbalisées. En janvier 2017, plus de 700 personnes ont eu une amende lors d’une opération du même type à la gare Saint Lazare. Là où la RATP mise davantage sur des campagnes de communication, la SNCF privilégie les opérations « coup de poing » avec des actions de bouclage, qui se sont accentuées au cours de l’année 2016. Que ce soit toute la journée, aux heures de pointe ou sur plusieurs jours consécutifs, les contrôles mis en place permettent des interpellations massives…

Ce sont des objectifs ambitieux que se fixe Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France. Elle déclare en effet régulièrement faire de la lutte contre la fraude une priorité, une fraude qu’elle qualifie de « fléau ». Pour appuyer ses dires, elle rappelle en effet que la fraude au sein des transports publics coûte, chaque jour, près d’un million d’euros, soit le coût que représenterait l’achat de deux bus électriques. Dans le dernier rapport annuel de la Cour des comptes, datant de 2016, il était noté que le coût de la fraude pour la SNCF et la RATP avait représenté 366 millions d’euros en 2013. Les préconisations du rapport furent d’améliorer les stratégies de lutte contre la fraude, en intensifiant les outils de contrôles au sein de zones clés. Des conseils qui auront visiblement été suivi et qui auront porté leurs fruits… malgré les 52% de voyageurs qui continuent « d’excuser » la fraude dans les transports en commun selon une étude datant de novembre 2016.

Et vous ?

Quel est votre regard sur la fraude ?

4 pensées sur “RATP/SNCF: Une fraude dans les transports en commun en baisse”

  1. Nous vivons à Londres, nous payons plus cher mais il y’a moins de fraude pourquoi ? car le service est equivalent au prix payé (pratiquement pas de retard, Bus disponible 24/24 et rapide) le metro est propre et ca ne pue pas à chaque couloir (dispo 24/24 le week end), pas de mediant et metro tres sur (agent à chaque station à l’entree et à la sortie).
    Il serait temps que la ratp investisse et arrete de prendre les gens pour du betails.

    Signaler ce commentaire

  2. Bonjour, je vis également à Londres et également je constate que contrairement à Paris, la fraude est là quasi inexistante. Par contre je ne rejoins pas l’avis précédent. La raison de la quasi absence de fraude à Londres c’est la tolérance zéro et la dissuasion. Dissuasion car à chaque rangée de portique il y a des agents présents pour veiller… ca dissuade. A Paris ? Personne ! Et lorsqu’il y a des agents de contrôles, ils se cachent pour provoquer le flagrant délit au lieu de dissuader.

    Ensuite les Bus, point noir de la fraude à Paris… à Londres, le bus ne démarera pas si les usagers n’ont pas validé, car contrairement à la RATP, ici ce sont les conducteurs du bus qui font le contrôle. La RATP craint que ses conducteurs se fassent agresser alors même qu’ils possèdent des vitres de sécurité

    Signaler ce commentaire

  3. Je me fait contrôler avec mon ticket tarif réduit et ma carte famille nombreuse :
    L’amande est de 35€ car la carte famille n’est plus valable dans le métro.
    Celle ci passe à 85€ plus 110€ quand vous dite que vous n’étiez pas informé et que vous trouvez ça injuste.
    Quel sont les recours d’un de vos usager

    Signaler ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À lire aussi :

Pass Navigo: Une nouvelle augmentation attendue cet été !

Le 1er août 2016, le passe Navigo était passé de 70€ à 73€. Visiblement, la hausse n'est pas terminée et pourrait même avoir lieu désormais chaque année !…

Un projet de végétalisation du métro parisien en cours d’étude !

Lors de l'appel à idées lancé par la RATP en novembre 2016, la création d'espaces verts avait obtenu le suffrage le plus important. La régie parisienne des transports…