A quoi ressemble la journée d’un machiniste ?

05-10-2013 10 commentaires

bus-parisBonjour à vous , Je vais essayer de vous présenter une journée type d’un machiniste. La prise de service : Au début de chaque journée de travail le machiniste fait sa prise de service à l’heure dite ex : 06h02 Soit au centre bus : L’imprimante lui sort une feuille de route sur laquelle est indiqué le numéro du bus et la place de parking ainsi que la “police” à prendre qui correspond à une feuille pour la journée d’activité du Bus de sa sortie à sa rentrée au centre bus . Le machiniste se rend au bus et il doit sortir à 06h12 son bus en ayant au préalable fait le tour complet du bus, vérifié le bon fonctionnement des feux, l’état de la carrosserie, l’état intérieur avec la présence de deux plans de ligne, le bon fonctionnement de la palette UFR ainsi que la demande d’arrêt. A la sortie il doit appeler le régulateur. Soit en station ou en Terminus : En station le machiniste prend la relève d’un autre machiniste s’installe et repart.En terminus, il a 6 minutes pour faire le tour du bus. La journée commence …. Les plus beaux moments de mon travail, c’est quand on voit la ville de paris commencer à se réveiller ou s’endormir.
Les rues commencent à se remplir ou à se vider tandis que le soleil envoie ses premières ou dernières lueurs sur les monuments parisiens !
Un machiniste transporte environ 500 à 1000 personnes en moyenne sur un service, mais il se sent souvent très seul. Paradoxal, non ? En tout cas (MOI) j’aime bien avoir quelqu’un avec qui faire la conversation, cela permet de ne pas voir le temps s’écouler. Le machiniste doit tout gérer : l’accueil des clients , la vente d’un titre de transport , l’indication d’itinéraire, ( que personnellement je fais systématiquement grâce à mon plan de Paris ) La conduite et la tenue du temps de parcours, l’information voyageur en situation dégradé. Sur le métier de machiniste il y a bien trois grandes classes à distinguées : LA CONDUITE : La conduite d’un bus en ville n’est pas vraiment aisé, les autres tiers ne connaissent pas du tout les contraintes dû au gabarit de notre véhicule et on doit toujours être sur le qui vive afin d’éviter les accidents. N’oublions pas que un bus est une arme mortelle, que dedans peuvent se trouver des gens de 0 à 99 ans et de 1 à 150 personnes et que le machiniste est directement responsable d’eux . Sans parler des slaloms que l’on doit faire entre les mauvais stationnements . LES CLIENTS : La gestion des usagers n’est pas aussi commode, bien souvent quand le bus est limité ils ne sont pas contents et donc c’est le machiniste qui trinque alors que la décision ne lui appartient pas . Idem quand il manque des bus par manque de matériels, de personnels, pannes ou autres . Les gens sont excédés ( et ils ont raisons de l’être ) et c’est le machiniste qui les transporte qui trinque encore . Résultat le gars qui est là qui fait son boulot avec des condition de travail dégradé ( bus surpeuplé = bus très lourd = conduite plus difficile ) s’en prend encore plus dans la tête car il est de la “RATP”. Et ceux s’en parler des divers incivilités . LA DIRECTION : La mise en place de temps de parcours très court et la politique des dernières années à une course effrénée à la productivité met sur le machiniste un poids supplémentaire . Dernier exemple en place le CRIV ( centre de régulation et information voyageur ) qui a terme va regrouper toute la régulation des lignes de bus est un parfait exemple. Selon la direction c’est pour améliorer la régularité et l’information aux voyageurs . Mais en réalité c’est juste pour diviser par deux le nombre de régulateur et on ressent déjà les effets de cette politique dans nos bus . Très souvent le régulateur ne nous répond plus ou alors nous fait faire des manœuvres idiotes qui ne servent à rien. IL y a peu, celui ci a changé quatre fois la mission du bus : je ne savais plus quoi dire aux usagers et le bus lui même ne savait plus quoi afficher sur les girouettes . Sans parler des vieux matériels que l’on garde afin d’amortir de plus en plus le prix d’achat alors qu’ils tombent fréquemment en panne et surtout “casse littéralement le dos” du machiniste qui le conduit. Et même avec les contraintes de ce métier ( repos décalés, horaires décalés aux besoins de la direction ( et oui il m’est déjà arrivé de faire tous les types de services : matin(de 4h00 à 14h00) deux fois (de 6h00 à 20h00) après midi (de 11h31 à 21h00 ) nuit ( 18h30 à 2h30 ) en une même semaine ) technicité et commerciale de ce métier sans parler de la responsabilité des gens qui sont dans le bus, je trouve ce métier magnifique surtout quand j’ai “des clients” qui me remontent le moral par leurs sourires et leurs humours, des gens qui sont content de me voir … et je pense que sincèrement c’est pour eux et grâce à eux que je me lève le matin et que je part au boulot avec le sourire aux lèvres. Fin de service : au centre bus : Le machiniste stationne au poste de charge où on lui affecte une place de parking et on balaie le bus , on fait aussi le plein du véhicule . A la sortie du poste de charge un passage à la machine à laver ( quand celle ci est en fonction ) puis on va garer et on a finit si on a pas d’objet trouvé à remettre au gardien . En station ou en terminus : soit la relève est là soit on doit l’attendre avant d’aller bien souvent récupérer son véhicule personnel au centre bus pour rentrer à la maison. Comme je le disais dans un autre poste, il faudrait que les gens essayent de moins juger les autres. En tant que machiniste je dis toujours bonjour aux gens qui montent, j’essaye dans la mesure du possible de les attendre à l’arrêt ( quand ils courent car sinon c’est qu’ils ne sont pas pressés et peuvent prendre le suivant ) de les prendre hors arrêt quand cela est possible ( feux au rouge fixe, bus en ligne droite avec bonne visibilité ) de les laisser par exemple devant leurs correspondance quand ils ne connaissent pas, de me rapprocher au maximum du trottoir pour une personne âgée qui souhaite descendre … De leurs ouvrir les portes pour que les gens puissent descendre quand on est bloqué dans les embouteillages alors que l’on est pas censé le faire… Mais il m’est arrivé de rouler trop vite pour leurs conforts soit car le temps de marche me l’imposer comme pour les premiers tours du matin ou le soir soit que je savait avoir que deux minutes au bout pour aller faire une grosse commission et que l’on ne peut pas compter sur le régulateur ( c’est toujours pile ou face ) pour comprendre “notre besoin” et ne pas nous mettre un rapport pour avoir loupé son départ. Voilà quoiqu’il en soit comme mon collègue, je songe à arrêter pour tenter de partir dans un autre secteur et un autre métier de la Régie, car je sens que j’y laisse chaque jour un petit bout de ma santé. Perso je viens de la restauration mon poste est pas là pour dire qu’un métier est plus pénible qu’un autre et ce n’est pas le but de ce post, merci de laisser vos commentaires comme tu est un privilégié car tu gagne 1500 par mois et que tu fous rien par rapport à moi dans la corbeille de votre bureau 😉

10 réflexions sur « A quoi ressemble la journée d’un machiniste ? »

  1. Merci machiniste.

    @modérateur;

    Tu ne penses pas que chaque pseudo devrait être accompagné d’une indication sur son activité? Genre “machiniste” ou “usager” etc.. Je pense qu’il y a beaucoup agents sur ce blog qui interviennent sans rien apporter si ce n’est que de la provoc et dénigrement.

    Ce qui permettrait aux agents qui sont ici avec sincérité de ne pas être confondus avec eux.

    Signaler ce commentaire

  2. @machiniste,
    Tu arrives au dépot en voiture et tu reparts de ton dépot en voiture. Est-ce que tu as souvent l’occasion de voir comment tes collegues conduisent? Tu as une bonne pratique de la manière dont tu conduis et de ton métier comme tu le pratiques. As-tu la chance de voir souvent d’autres machinistes dans l’exercice de leur metier sur leurs lignes?

    Signaler ce commentaire

  3. Lola
    vous tentez un retour en catimini sur ce blog et vous voulez imposer des conditions d’identification au bout de deux commentaires ? Gonflé de la part d’un mec qui utilise pléthore de pseudos, non?
    Sinon au lieu de cirer les pompes (ou d’employer le terme “modérateur”) vous pouvez continuer à l’appeler “Beria le hiwi” comme vous le faites sur l’autre forum. Son nom est Yann, je ne vous apprends rien.
    Ma foi, j’ouvre la liste: L.R…. usager

    Signaler ce commentaire

  4. @lola :
    Il faut te dire que être machiniste est avant tout un travail d’équipe entre les collègues sur une même ligne.
    On se connait et on sait comment l’autre roule rien que par l’indicatif des encadrants : explication pour les néophytes : le machiniste sur son tableau de bord à deux temps : à combien de minutes est le collègues devant lui et à combien est le collègue derrière lui . Ainsi, cela nous permet de savoir à quel “rythme” le collègue va devant et derrière . Si on part 9 minutes derrière le collègue et que l’on voit apparaitre le chiffre 20 on sait que le collègue doit rouler comme un dingue pour obtenir ce résultat !
    Maintenant c’est très rare, car le régulateur le vois aussi et va le rappeler à l’ordre voir lui mettre un rapport si il ne tint pas compte de l’ordre du régulateur.
    En règle général les disparités se forment quand un bus a été bloqué celui de devant s’éloigne de trop et celui de derrière rattrape l’autre bus .
    Le résultat c’est qu’un bus prend beaucoup plus de monde et “s’enfonce dans le retard” le collègue de derrière vient alors normalement lui preter main forte .
    Après je vais te dire lola je suis humain je fais des erreurs et il suffit d’être un peu énervé pour sans s’en rendre compte être moins patient ou avoir le pied un peu plus lourd, ou alors simplement le fait d’être fatigué .
    Pendant les trois mois d’été j’ai été quasiment à faire 6jours de conduite 1 repos, et au 6eme jour je peux t’assurer que la fatigue joue vraiment .
    Et oui on prend souvent le bus des collègues ne serais ce que pour retourner au centre bus .
    Il n’y a qu’une seule fois dans ma carrière où je suis clairement descendu du bus d’un collègue sur le 72 ( et pas un petit jeunes qui conduisait ) car il me rendait malade dans sa conduite .
    Personnellement je pense que tu ne peux pas avoir une idée sur la conduite d’un machiniste lola si tu ne sais toi même pas conduire ce type de gabarit comme je te l’avais indiqué dans un commentaire . En tant qu’usager tu as souvent une vision tronquée de l’environnement du bus .

    Bref je te remercie pour ce “merci” car c’est bien le premier que je vois de ta part 😉

    Signaler ce commentaire

  5. merci;

    Oui, vous devez pouvoir avoir la moyenne de conduite de celui qui vous précéde. Mais pas forcément sur sa manière de conduire: cool, trop nerveuses, dangereuse…Oui vous devez comprendre ce que ressent dans la conduite-machine l’autre machiniste.
    Mais vous avez rarement l’occasion de voir comment les autres machinistes conduisent leur bus: feux, Poussettes,relation clients, sourire ou fait la gueule, brutale,info etc…les usagers eux en savent beaucoup plus que vous par une longue expérience.

    PS: je vais certainement être agressé pour avoir été aimable par d’autres.

    Signaler ce commentaire

  6. Ce que les autres ne comprennent dans vos commentaires c’est la généralisation que vous faites dans vos commentaires.
    Je n’ai jamais vu un machiniste grillé délibérément à haute vitesse un feux rouge, vous le voyez rouge, cela ne veut pas dire que l’avant du bus quand il s’est présenté était aussi au rouge …
    Les poussettes à part sur les bus articulés doivent demander la permission de monter à bord par les portes arrière et validé mais en général les poussettes considèrent cela comme un du .
    Vous savez quoi lola j’aimerais vous inviter à venir un jour avec moi dans mon bus si cela vous dit … invitation sérieuse …

    Signaler ce commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

À lire aussi :

Voyager avec son vélo dans les transports en commun?

Eviter les transports en commun en prenant son vélo, en voilà une bonne idée !! Ce n'est pas la question me direz vous, alors existe t'il des règles…

Une ligne de bus échappe à la RATP !

Suite à un appel d'offres lancé par la ville de Paris, la société B.E Green vient de remporter l'exploitation d'une nouvelle ligne de bus en région Parisienne au…